juin 2017

Ubisoft s’offre un nouveau logo

Une transformation d’identité pour une évolution de stratégie.

Une nouvelle époque démarre pour Ubisoft, et pour l’accompagner la firme a décidé de faire évoluer son logo.
Pas totalement nouveau mais plus qu’une simple évolution, la nouvelle identité sera l’image qui accompagnera la marque dans sa transformation.

Car il est loin le distributeur de jeu fondé en 1986 dans le Morbihan, devenu aujourd’hui un acteur incontournable du monde vidéo-ludique. Désormais Ubisoft lorgne sur les activités du divertissement global : cinéma, télévision, bande dessinée, livre, parc d’attraction… et ce malgré le regard gourmand que lui jette Bolloré et Vivendi qui désire ajouter cet atout à son arsenal de média (http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/06/09/yves-guillemot-nous-ne-laisserons-pas-vivendi-casser-ubisoft_4944403_3234.html)

Pour en revenir au logo la directrice de la marque Ubisoft, Courtney Riss, explique qu’ils ont « ressenti le besoin de procéder à un changement visuel. Ça faisait un moment que nous avions cela dans les tuyaux. Nous avons la chance d’être dans le jeu vidéo une industrie qui est en pleine transformation digitale. Le secteur s’ouvre et peut toucher un plus grand nombre ».

 

Hier et demain

Historiquement il s’agit du 4ème logo de la marque (évolution de celui conçu en 2003, suite à l’achat de Red Storm), qui serait en gestation depuis 3 ans. Le studio aurait alors conçu trois pistes qu’il serait allé présenter aux joueurs aux Etats-Unis au Canada et en France, le point de départ restant la modernisation de la spirale.

cover-r4x3w1000-592e8a4257fff-capture

« Nous voulions capitaliser sur ce symbole de la spirale, qui a le sens de la création originelle, du big bang » précise Courtney Riss. « Mais il fallait le moderniser, faire quelque chose de plus direct et de plus simple. Nous avons fait le choix de passer au noir et blanc, avec l’idée de transparence »

Dévoilé peu avant l’E3 qui débute le 13 juin à Los Angeles, cet événement sera l’occasion de propulser la nouvelle identité sous les feux des projecteurs.

« Notre nouveau logo est simplifié, moderne et monochrome. La transparence du design met en avant nos incroyables visuels de jeu et donne un avant-goût de ce qui reste à découvrir. La spirale et la lettre O ont été délibérément créées pour rappeler une forme écrite à la main et représentent nos qualités humaines d’enthousiasme, de curiosité, et ce grain de folie qui caractérise Ubisoft. »

Un logo aussi conçu pour être mieux adapté pour une utilisation sur les réseaux sociaux.

 

 

Alors, il est bien ce logo ?

Pour faire court, non, pas terrible. Les goûts et les couleurs, ça se discute, mais il manque clairement un petit (voir gros) quelque chose pour que ce logo fonctionne.

En effet, seul et sur fond blanc, la nouvelle identité ne fait pas le poids.

La tendance à vouloir simplifier a été poussé à un tel point que ce qui donnait le dynamisme et la profondeur à l’ancien, à savoir des lignes de moins en moins épaisses, a complètement. Comme sa saveur.

 

Tout est plat, écrasé, sans rythme.

Alors pourquoi un logo monochrome ?ezgif.com-resize
Simplement car ce logo n’est pas conçu pour fonctionner en noir. Mais en blanc sur fond coloré, perturbé. En effet, le logo est présenté en incrustation sur les images des jeux de la marque. Et pour le coup, sans être exceptionnel, ça fonctionne. Et même mieux que si le logo avait gardé la nuance dans les lignes de l’ancien, car il faut préserver une certaine épaisseur pour garantir la lisibilité.
On peut donc conclure que ce logo a été pensé pour s’incruster sur d’autres visuels, mais pas vivre seul, comme on le conçoit traditionnellement pour ce type d’icone.

 

En conclusion, on peut regretter l’immobilisme que semble présenter le tourbillon (qu’aucune agence ne semble revendiquer pour le moment – peut-être un travail interne), mais saluer ce qui pourrait être de l’audace, celle d’imaginer un logo prévu pour un usage adapté pour sa cible, formaté pour les réseaux sociaux.

 

Pourtant choix ou par défaut de n’avoir pu faire vivre le traditionnel et l’innovation, Ubisoft signe un logo qui, graphiquement, laisse un goût d’inachevé.

Ces erreurs de typo qu’on fait tous les jours …

Etc. et cætera …

Trop souvent on peut lire la mention Etc suivie de trois points de suspension. Hors Etc. est l’abréviation de et cætera qui signifie « et les autres choses ». Donc rajouter les points de suspension ferait double emploi avec le mot lui-même.
A noter que contrairement aux autres expressions latines, c’est la seule à ne pas devoir être écrite en italique.

 

Accentuer les capitales, c’est capital

UN HOMME TUE. UN HOMME TUÉ
La différence tient sur un accent, mais change complètement le sens de la phrase.
La croyance qu’il ne faut pas accentuer les majuscules découle de plusieurs facteurs.
D’un point de vue scolaire, lorsque l’on apprend à écrire en cursif, on apprend également à ne pas mettre les accent (car le cursif n’a pas la notion de capitale, mais uniquement de majuscule, de même qu’il emploie le terme minuscule et non bas de casse).
Autre fautif : la presse. Car bien souvent la presse s’est abstenu d’accentuer les capitales, pour un soi-disant confort de lecture (alors même qu’il est prouvé que des capitales accentuées accélèrent la compréhension).

Exception : inutile d’accentuer les accronymes. Ainsi l’OCDE ne sera jamais l’OCDÉ

Et pour ceux qui se demandent comment faire pour accentuer leurs capitales, il existe des raccourcis clavier pour obtenir ces caractères. Ainsi en maintenant la touche « alt » et en rentrant une série de chiffre sur le pavé numérique on obtient certains caractères.

Ex : alt + 0200 = È / alt + 144 = É / alt + 0192 : À

Et plus ici : http://www.toutimages.com/codes_caracteres.htm

blog - erreurs typo-04

blog - erreurs typo-02

Mister

Beaucoup le savent, mais on voit encore parfois des Mr pointer leurs nez dans certains textes, ou quelques fichiers excel.
Donc soyons simple : M. c’est monsieur, Mr c’est Mister.

Et pour compléter le fichier excel correctement Me pour un maître, Mgr pour Monseigneur, Dr pour docteur etc.

Les guillemets

On distingue deux types de guillemets, les français et les anglais
Les français se trouvent sur la touche 3 du clavier, et servent « à citer un texte ». On notera qu’il y a un espace avant et un espace après chaque guillemet.

Les guillemets anglais, « qui ne se trouvent pas sur le clavier « , sont principalement utilisés en informatique. Leur espacement fonctionne comme les parenthèses (un espace avant le caractère ouvrant, pas d’espace après. Et inversement pour le caractère fermant)

On aurait aussi pu parler des espaces et quand les utiliser (lier le nombre avec le % ou le °C, et non pas l’espacer. Ex : 12°C, 78%),
des vrais points de suspensions
(taper les trois « . . . » sera sous word automatiquement remplacé par le symbole « … »
qui est bien un caractère unique et non trois fois le caractère « . »)
ou la différence entre le tiret « – » et le trait d’union « – » .