Besoin d'un devis ? 06 42 63 34 57|julien@antipodes-studio.fr

novembre 2019

La réalité virtuelle pour augmenter la production des vaches

Dans la suite de tests réalisés en Ecosse et aux Pays-Bas, le ministère de l’agriculture russe a décidé d’équiper un troupeau de vaches de casques de réalité virtuelle.

Si l’idée semble farfelue, les résultats paraissent convaincants. L’objectif est de diffuser aux animaux équipés des images de pâturages d’été (tout en prenant en compte la vision de l’animal, qui ne perçoit pas les mêmes couleurs ni la même luminosité que les humains), afin de les apaiser et ainsi augmenter la quantité et la qualité de la production.

L’ensemble du troupeau ainsi équipé semble avoir été réceptif à ce bien-être virtuel, tout comme à des tests sonores consistant à diffuser de la musique classique aux abords du pâturage (avec le même impact sur la production que le champs en 3D projetés sur le casque VR).

Au-delà de l’innovation, dont le but initial est de réduire le stress de l’animal, se pose de nombreuses questions morales ou éthiques. Ce test devrait se prolonger pour aboutir à une étude plus approfondie, afin de voir si plonger le bétail dans un bonheur de synthèse est promis à un certain avenir, ou si il terminera dans un placard (comme un test similaire mené en 2014 sur des casques de VR pour poulet : https://www.telegraph.co.uk/technology/news/10835849/Virtual-reality-for-chickens-fair-or-fowl.html)

Cela nous laisse le temps de relire quelques nouvelles de Philip K. Dick ou revoir le film Matrix.

Super U teste des créneaux sans bruits pour ses clients autistes

Dès le 2 décembre, l’enseigne Super U devrait mettre en place dans l’ensemble de ses magasins de France un créneaux de deux heures durant lesquelles la musique sera coupée et les lumières baissées, ainsi que la limitation des bruits d’encaissement, afin de créer une ambiance plus apaisante pour la clientèle atteint de troubles autistiques.
Ce dispositif appelé « heures calmes » qui sera mis en place chaque mardi entre 13h30 et 15h30 est en expérimentation depuis plusieurs mois et à reçu un plébiscite de la part des clients.

Cette initiative est née de la volonté de l’association « Espoir pour mon futur », elle répond aux besoins d’une pathologie qui touche 700 000 personnes en France et permettra aux personnes hypersensibles au bruit et à la lumière de faire leurs courses dans un espace adapté à leurs symptômes.

Le mouvement avait déjà été initié dans d’autres pays, comme la Nouvelle-Zélande en avril 2018 ou la Grande Bretagne (dans les supermarchés Morrissons) en juillet de la même année.

Pouilley-les-Vignes_facade_Def2

Le Snickersgate : un simple canular publicitaire

Tout à débuté il y a quelques jours, lorsque des internautes se sont plaint, notamment sur Twitter, de trouver des Bounty (la fameuse barre à la noix de coco) dans leur emballage de Snickers.

visuels-snickeres-clmbbdo

Au fils des heures, les cas et témoignages se sont multipliés, propulsant le hashtag #snickersgate dans les tendances twitter durant une longue période.

visuels-clmbbdo-snickers

Tous les twittos y allaient de leur bon mot, décochant une remarque piquante envers la marque décidément bien négligente.
Du moins jusqu’à ce que le pot aux roses soit découvert. Il ne s’agissait d’une erreur de fabrication ou d’emballage, mais bien d’une campagne de communication orchestrée par CLM BBDO, autour d’une idée originale (et à peu de frais) pour valoriser le slogan de la marque, « t’es pas toi quand t’as faim »

Ici la baseline de Snickers (depuis 10 ans) est devenu « on n’est pas nous quand on a faim », jouant sur les effets secondaires de la faim des équipes de la marque.
Un joli coup de pub autour d’une idée sympathique, qui a su jouer des réseaux sociaux intelligemment et sans méchanceté ou condescendance.

Une petite vidé pour expliquer cela

Le nouveau logo de Warner Bros

Aujourd’hui découvrons le nouveau logo de Warner Bros. Evolution intelligente de l’ancien, pour inscrire l’identité dans un graphisme plus moderne, avec une touche de « nombre d’or », sans rien dénaturer de la reconnaissance de la marque.

Plus d’info et d’exemples de déclinaisons sur le lien : https://lnkd.in/enT6w9p

Le Crunch du jeu vidéo au cinéma

Hier sortait la bande annonce d’un film qui avait déjà fait parler de lui (en mal), l’adaptation du jeu vidéo Sonic.
Cette nouvelle B.A. présentait une animation corrigée, suite au soulèvement des fans face au design plus que discutable de leur héros. Cela est l’occasion de mettre en avant un phénomène fréquent d’ordinaire propre aux jeux vidéo, le « crunch ».
Cette pratique qui avait été fortement dénoncée lors de la sortie du dernier blockbuster du studio RockStar Games (Red Dead Redemption) pousse les employés à travailler jusqu’à épuisement sans contrepartie, technique rude est fréquente dans de nombreux studios de toutes tailles.
Pour le cas du film Sonic, la grogne des fans avait fait craindre un syndrome similaire, la plupart des scènes animées étant bouclées, et donc à recréer avec le nouveau design (créant de fait une surcharge de travail pour les animateurs). Le réalisateur du film et le studio avaient alors eu le courage de décaler la date de sortie du film, de leur propre aveu pour éviter de mettre les équipes sous pression.
Les questions qui subsisteront sont alors la qualité (et la pertinence) du film, son flirt avec l’uncanny valley, ainsi que la place des fans dans la production d’un tel projet.
Plus d’infos sur le crunch : https://cutt.ly/deAx5KS

Facebook ou FACEBOOK ?

Hier l’entreprise de Mark Zuckerberg a dévoilée une nouvelle identité et un nouveau logo pour le groupe Facebook (qui gère entre autres Oculus, Instagram, WhatsApp…). L’occasion de changer d’image après les récents scandales et de bien marquer la différence entre la marque et le réseau social du même nom (dont le logo reste inchangé), cette évolution aura surtout permis aux internautes de se moquer de cette transformation (sur le fond et sur la forme). Entre un design assez simple (voir simpliste) et l’usage des capitales d’ordinaire privilégiées sur les réseaux pour donner l’impression de « crier », la nouvelle identité est loin de faire l’unanimité. A voir si ce contre-feu peut suffire à faire détourner le regard du public des problèmes politiques autour du groupe FACEBOOK.

Un nouveau logo pour le navigateur Edge

Après la suite office, Microsoft continue de transformer l’identité de ses softwares. Au tour du navigateur Edge, avec plus de discrétion. Depuis son lancement en 2015, le successeur d’Internet Explorer n’avait encore jamais vraiment eu de logo « unique », affichant jusqu’alors un redesign du E de son prédécesseur. Désormais voici une nouvelle identité, toujours autour de la lettre E, mais désormais plus fluide, une vague pour « surfer sur le web ». Un changement dans la douceur et sans trop de saveurs, pour le navigateur de Microsoft, en chute libre depuis 10 ans.

Stéréotypes et sexisme au (Petit) Quotidien.

La semaine dernière a eu lieu une « première mondiale », la sortie de femmes « seules » dans l’espace. Il pourrait être utile de débattre du traitement de cette info (rarement sont mentionnés leurs noms, justes « des femmes ») ou la pertinence des faits (pensées pour Valentina Terechkova, qui en 1963 effectuait seule un voyage dans l’espace).
Pointons ici un problème précis, celui du sexisme et des stéréotypes dans la société à travers les médias via le dessin de presse. Pour cela, nous allons mettre en comparaison deux dessins, l’un issue du magazine Le Petit Quotidien et une illustration de Soulcié dans Télérama. La première, comme 95% des illustrations parues, joue sur les clichés, la place des femmes, leur frivolité… et rabaisse l’actu pour en faire une blague potache (dans un quotidien qui vise à éduquer les enfants) La seconde profite de cette même actu pour appuyer sur la charge mentale qui pèse en permanence sur les femme, au sein d’une société écrasante qui les veut à la fois femme libre, mère, épouse, objet de désir… Et cette illustration est la preuve qu’avec un peu de travail, ceux qui ont opté pour la facilité auraient pu avoir un sujet actuel pour dénoncer le patriarcat plutôt que le réduire à un humour franchouillard.

Le crowdfounding est-il en panne ?

Lorsqu’il est apparu il y a dix ans, le crowdfounding représentait une réelle solution alternative de financement pour les particuliers. De nombreuses plateformes se lancent dans la bataille, et le public est séduit par des offres atypiques ou des produits surprenants. Aujourd’hui, le constat est plus pessimiste. Le secteur s’est professionnalisé, de grosses structures profitant de ces plateformes pour lancer leurs produits, et les acheteurs sont devenus plus frileux en cherchant d’avantage la sécurité. Et si les montants investis continuent à progresser, l’idéal du financement pour tous est devenu anecdotique. Ainsi le nombre d’investisseurs reste stable en 10 ans. En cause, la fin de l’effet de mode, mais aussi une série de mesures prises en 2014 visant à mieux protéger les particuliers, mais qui finalement aura étouffé la motivation des plus petits.

1% de l’émission de CO2 au niveau mondial liée au streaming vidéo

Selon une étude de la société Sandvine publiée en septembre 2019, le streaming de vidéo représente désormais plus de 60% du trafic global sur internet. Rapprochant ce chiffre à la production de gaz à effet de serre liée au numérique (mesurée via le Projet Shift), de l’ordre de 4% des émissions mondiales (en croissance de 9% par an), la part liée au streaming atteindrait les 300 millions de tonnes de CO2 par an, soit un volume équivalent aux rejets d’un pays comme l’Espagne.

Concernant le détail des streaming, – un tiers de la data (34%) est utilisée dans les services de vidéos à la demande (Netflix, Amazon bientôt rejoints Apple ou Disney), – Plus d’un quart (27%) est dédié aux vidéos à caractère pornographique – 21% pour Youtube et ses équivalents – Le reste étant répartis sur les « autres usages » notamment les vidéos sur les réseaux sociaux, en plein essor Avec le développement des vidéo HD et UltraHD, les nouveaux services de SVOD et la demande toujours plus forte d’avoir des services qui répondent dans la seconde, les infrastructures nécessaires pour faire vivre un tel système vont devenir un véritable enjeux écologique.